Selon votre foi

     Mt 9,27-31

 

 

 

                 

                

                

      La foi des aveugles, la confiance des pauvres, une confiance "aveugle" : voilà ce que l'Église nous donne à méditer à l'entrée de cet Avent.

 

² Fils de David : c'est ainsi que les gens parlaient, souvent, du Messie attendu. À leurs yeux le descendant de David allait inaugurer une époque de salut, de prospérité et de prestige. En abordant Jésus dans la maison, les deux aveugles n'avaient en tête que cette demande si souvent criée sur la route :"Aie pitié de nous, Fils de David !"  Mais Jésus enracinait sa pitié dans la bonté du Père, et envisageait son œuvre de Messie avant tout comme celle du Serviteur de Dieu, qui donnait sa vie pour son peuple. Il se faisait du Messie une idée beaucoup plus profonde, et cela explique sans doute la sévérité de sa consigne :"Veillez-y : que personne ne le sache !"

 

²   Une seule chose intéresse Jésus : la foi de ces aveugles, et il veut qu'ils la proclament:"Croyez-vous que je peux faire cela ?" Au-delà de ces deux hommes, qui ont à répondre pour eux-mêmes, c'est nous que Jésus interroge :

Crois-tu que je puis faire de toi un être tout nouveau, alors que tu t'enfermes dans ton passé, comme s'il hypothéquait toute ta vie?

Crois-tu que je peux te donner un cœur de chair, alors que tu te laisses paralyser par tes misères et tes péchés ?

Crois-tu que je peux vivre avec toi une grande amitié, alors que tu rumines ton indignité, ton impuissance à aimer et à être aimé(e) ?

 

          Plus nous sentons notre pauvreté, plus nous sommes appelés à la confiance.

Plus nous tâtons comme des aveugles, plus le Sauveur veut nous illuminer.

          Plus la nuit s'épaissit, en nous ou autour de nous, plus il nous faut croire que l'amour sera vainqueur.

 

²   "Alors, dit l'Évangile, Il leur toucha les yeux  … et leurs yeux s'ouvrirent".

Pour nous aussi il est question de guérison, et de voir enfin ce que nous ne voyons pas et que nous n'avons jamais vu : à quel point Dieu nous aime et nous veut près de Lui.

Et cette conversion du regard peut changer le cours de notre existence :

de la solitude nous passons à la certitude d'avoir "du prix" aux yeux de Dieu,

d'une souffrance inutile nous émergeons à une vie toute donnée,

au lieu d'un bonheur qui nous fuit toujours, nous apprenons la joie de chercher le bonheur des autres.

 

 

Oui, que tout se fasse pour nous selon notre foi.

Que Jésus, par la grâce de son Avènement, nous fasse découvrir les merveilles de sa bonté.

Bâtissons tout sur la joie d'être aimés,

regardons ce que Dieu a préparé pour ceux qui l'aiment.

 

 

 

Page d'accueil - Retour