"Il nous faut passer par beaucoup d'épreuves"

Act 14,19-28

 

 

 

 

 

            La mission de l'Église, c'est aussi et avant tout l'œuvre de Dieu, non seulement l'œuvre qu'il faut réaliser pour Dieu, mais l'œuvre de Dieu à travers le témoignage des hommes.

            C'est bien ce que saint Luc voulait rappeler aux chrétiens dans ce passage si tonifiant des Actes d'Apôtres que nous lisions à l'instant.

 

²  Au retour de leur première mission, Paul et Barnabé rassemblent la communauté d'Antioche, celle-là même qui les avait délégués. Pour quelle célébration ? – "pour raconter tout ce que Dieu avait fait avec eux [Dieu avec eux !], et surtout comment il avait ouvert aux païens la porte de la foi".

            Aujourd'hui comme hier, c'est Dieu qui ouvre, c'est Dieu qui ouvre la porte, qui ouvre aussi les cœurs. Le témoignage chrétien est irremplaçable, mais les cœurs, c'est Dieu qui les ouvre, comme il veut et quand il veut.

 

²  C'est lui aussi qui garde ses missionnaires, même et surtout dans les persécutions. On a eu beau lapider Paul, le traîner hors de la ville et le laisser pour mort, "quand les disciples se furent rassemblés autour de lui, il se releva [tout simplement !] et il rentra dans la ville" de ses ennemis (Act 14,20 ! Ce que Dieu garde est bien gardé. Paul se relève, comme s'il avait attendu que tous ses frères soient arrivés auprès de lui pour rendre témoignage à la liberté de Dieu. Les hommes lapident les témoins pour faire taire la parole de Dieu, mais Dieu suit son idée, reprend la parole, et poursuit son œuvre comme si de rien n'était.

 

²  La seule leçon que les Apôtres tiraient de tous ces événements, Luc nous l'indique : "Paul et Barnabé affermissaient le cœur des disciples et les encourageaient à persévérer dans la foi". Et quels thèmes développent-ils pour affermir notre cœur, à nous aussi ? Celui-là même que Jésus avait repris plusieurs fois en prédisant sa propre passion :"Il nous faut passer par bien des épreuves (thlipseis) pour entrer dans le Royaume de Dieu.

Non pas que la religion de Jésus soit une religion de l'échec,

non pas que le chrétien doive se complaire dans un dolorisme de mauvais aloi,

mais parce que les disciples ne sont pas au-dessus du Maître :

"s'ils m'ont persécuté, disait Jésus, ils vous persécuteront vous aussi".

 

"Il nous faut passer par beaucoup d'épreuves", dit Paul, et ce sont des détresses apostoliques, les épreuves des missionnaires de Jésus.

"Ne vous étonnez pas si le monde vous hait, prévient Jésus, il m'a haï avant vous".

  Ne nous étonnons pas si nos efforts de témoignage sont méconnus, contestés, contrés agressivement, cela n'empêche pas Dieu de mener à terme son œuvre.

 

La seule chose qu'Il nous demande, saint Luc la formulait ainsi :

nous remettre à la grâce de Dieu pour l'œuvre qu'Il nous demande d'accomplir.

 

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles