La sagesse polybigarrée

Ep 3,1-12

 

 

 

 

Entre deux rappels de sa condition de prisonnier (v.1.13), Paul nous parle du dessein de Dieu et de la place qu'il y tient, lui, le converti.

Faisons sans hâte quatre pas avec lui.

 

1.      Les chrétiens ont entendu dire, et ils peuvent vérifier dans la lettre de Paul, que Dieu lui a donné de réaliser deux choses :

- saisir le secret (mystèrion) que Dieu seul lui a révélé ;

- remplir une mission au service de la grâce de Dieu (Ep 2, 2-4).

 

Pour nous également, toute grâce de Dieu est à la fois révélation et mission.

Toute lumière nouvelle qui nous vient sur le grand secret de Dieu, sur son œuvre en Jésus Christ, est une grâce que Dieu nous confie pour d'autres (cf. "la grâce qu'il m'a donnée pour vous",v.2). C'est pourquoi, dans la vie de la grande Thérèse comme dans l'expérience de la Petite, l'amitié grandissante avec Jésus est toujours une entrée plus consciente et plus généreuse dans son œuvre de salut.

 

 

2.                  Un nouvel âge a commencé parce qu'il a plu à Dieu de mettre fin au temps de l'ignorance :

il a révélé aux apôtres et prophètes (du NT) que les nations païennes sont incorporées à son peuple (v.5-6).

 

Dieu dévoile, Dieu met en lumière un dessein qu'il mûrissait depuis longtemps.

Et ce projet contraint en premier les apôtres et les témoins de la pensée de Dieu à élargir leur intelligence et à ouvrir leur cœur ; car désormais les nations païennes vont faire partie de l'unique peuple de Dieu. Vingt siècles après saint Paul il nous faut entrer résolument à notre tour dans cet âge nouveau, dans ces perspectives nouvelles.

Il nous faut penser universel, réagir avec un cœur universel, regarder de plus en plus jusqu'au bout du monde, ouvrir de plus en plus les bras au monde que Dieu aime et qu'il veut sauver comme un seul peuple.

 

À l'inverse, élever des barrières entre les hommes, entre des catégories d'humains, recréer des réflexes de séparation ou de privilège, c'est revenir aux temps de l'ignorance.

Il nous faut vouloir l'héritage pour tous, la promesse pour tous, et pour tous aussi la solidarité au sein d'un corps unique.

 

 

3.                  Cette révélation a été une pure grâce, mais une grâce qui ne rend pas inactif.

      Depuis le début la grâce de la révélation qu'il a reçue habilite saint Paul – "le moins digne de tous les chrétiens"- pour une tâche spécifique : il a reçu le pouvoir et la mission d'annoncer aux païens leur inclusion dans le royaume du Messie (v.7-9).

 

Parce que la grâce de Dieu a pris l'initiative dans notre vie, parce qu'elle est toujours première et toujours gratuité de Dieu, même notre indignité, même nos misères, même le poids de notre passé ne nous disqualifient pas pour l'annonce du secret de Dieu, de son "mystèrion" de salut. Car il s'agit d'annoncer l'insondable richesse du Christ, le potentiel inouï d'amour et de miséricorde que Dieu a déposé en lui et révélé par lui.

 

Chacun de nous est bien le moindre de tous les saints, mais, dans le peuple nouveau, même le plus petit reçoit une mission splendide : mettre en lumière l'incroyable plan de Dieu, qui a traversé le temps et veut embrasser tout l'espace.

Et cette annonce, nous la réalisons là où nous sommes, de là où nous prions. Nous  rejoignons l'universel et le définitif dans l'espace quotidien de notre louange, dans l'ici et maintenant de notre charité. En ce lieu d'aujourd'hui où nous sommes, nous sommes l'amour au cœur de l'Église.

 

 

4.   Le peuple de Dieu est donc composé de Juifs et de Gentils, et il reçoit à son tour une tâche au bénéfice du monde entier. Par son existence même, l'Église montre aux puissances créées, bonnes ou mauvaises, combien Dieu est glorieux et sage en couronnant ainsi par une révélation plénière toute son œuvre envers l'humanité : il a réalisé son projet de donner la paix à tous les hommes par Jésus, le Messie. Grâce au Messie les hommes s'approchent de Dieu en toute liberté et confiance (v.10-12).

 

      La sagesse de Dieu est imprévisible, "inenfermable", toujours créatrice de différence et d'unité, toujours source de cohésion et de dynamisme. Elle est infinie en ressources, insaisissable dans ses effets ; elle est, dit saint Paul, "polybigarrée".

 

Et c'est cette sagesse que l'Église proclame par le fait même qu'elle est église et qu'elle est peuple unique, parce qu'elle est, comme Dieu et de la part de Dieu, toute ouverture, accueil et inclusion.

C'est alors, en effet, qu'elle met en lumière dans le monde le dessein de Dieu, tel qu'il se réalise et se dévoile en Jésus Messie, qui est Seigneur.

 

 

Ce dessein venu du fond des temps, Dieu est en train de le réaliser ; Dieu est en train de réussir l'homme, parce que désormais, par le chemin de la foi au Christ, chacun peut s'approcher de Dieu, et lui dire, tout bas, avec bonheur :

 

"Père !"           

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles