Pierre et Paul

 

 

 

 

 

²  En fêtant ces grands martyrs de l'Église, nous célébrons trois messages d'espérance, nous redisons trois affirmations de la puissance de Dieu. Aucune force au monde n'est capable de faire échec définitivement au plan d'amour de Dieu, surtout pas les forces de l'oppression politique.

            C'est net pour Pierre emprisonné ; la force libérante de Dieu traverse tout : les deux chaînes et les deux soldats, les deux sentinelles devant la porte et les deux postes de garde successifs.

            C'est net dans le cas de Paul, qui pouvait dire :"j'ai été libéré de la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper, il me sauvera et me fera entrer dans le Royaume.

            C'est net aussi dans la promesse de Jésus : la puissance de la mort ne l'emportera pas sur l'Église.

 

²         Cette certitude, non du triomphe de l'Église, mais de la victoire de Jésus, nous avons à la vivre dans la foi, car, apparemment, rien n'arrête dans le monde la puissance de la mort, du refus, du mensonge. Aujourd'hui encore, des milliers de chrétiens sont en prison, bannis ou torturés pour leur foi.

            Où est alors la victoire ?

            C'est la victoire de l'amour, une victoire calquée sur celle de Jésus : sur la Croix et par la Croix.

            Ne nous étonnons pas si le combat nous attend, à l'endroit où le Seigneur nous a plantés pour que nous y portions du fruit ; car c'est là qu'il nous faut vivre l'universel.

Dans l'immobilité de l'oraison "nous marchons pour des missionnaires";

par notre silence nous soutenons, "à distance", comme dit Jean-Paul II, la parole des grands témoins ;

par notre travail humble, qui souvent n'est vu que de Dieu seul, nous aidons les bâtisseurs d'Églises ;

par notre accueil des frères et des sœurs, toujours les mêmes dans nos communautés, nous rejoignons ceux et celles qui œuvrent sur la brêche, sans cesse en dialogue, sans cesse sollicités de répondre de leur foi ;

par notre obéissance à Dieu, à travers des hommes et des femmes limités, nous rejoignons le mystère des abaissements du Fils de Dieu, et nous venons en aide à nos frères et à nos sœurs, affrontés à des scandales d'Église.

 

²  Nous avons à vivre l'universel ici et maintenant, "sans chercher à savoir" comment Dieu utilise nos pauvres dons.

Il suffit d'être, car c'est Dieu qui sauve le monde, et même notre petit nombre ne doit pas nous décourager. Il suffit d'être en état de sacrifice, en volonté d'oblation totale de nous-mêmes, selon la parole de Paul :"Me voilà déjà offert en libation, le moment est venu pour moi de larguer les amarres" (2 Ti 4,6).

 

Ce que Paul dit de sa mort prochaine vaut pour le quotidien de notre existence : il nous faut "offrir nos personnes en hosties vivantes, saintes, agréables à Dieu". Chaque jour est un départ nouveau sur le chemin de l'Exode.

 

 

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles