La Mère et le Fils

Lc 1, 26-38

 

 

En intitulant la fête d'aujourd'hui "annonciation du Seigneur", la nouvelle liturgie post-conciliaire a voulu souligner que le mystère de Marie ne reçoit sa pleine lumière que par réfraction du mystère de son Fils ; et nous avons la joie, chaque année, de célébrer la conception de Jésus comme l'un des points de départ de la christologie la plus haute et la plus explicite. 

² Déjà, bien avant l'Évangile de saint Luc, Paul, dans les premiers versets de l'épître aux Romains, reprenant une formulation de l'Église primitive, résumait tout le mystère du Christ par une double filiation :
"Le Christ Jésus … issu de la lignée de David selon la chair,
 a été établi Fils de Dieu avec puissance selon l'Esprit de sainteté,
 par sa résurrection d'entre les morts" (Rm 1,3-4)

Fils de David, Fils de Dieu … c'est également le contenu du message de l'Ange à Marie. L'enfant qu'elle va concevoir "recevra le trône de David son père ; il régnera sur la Maison de Jacob à jamais". L'Ange reformule ici l'oracle de N?t?n à David (2 Sm 7,9-16), assise de toute l'espérance messianique.

Puis, à la question de Marie : "Comment cela se fera-t-il ?" le messager répond en éclairant l'autre filiation : "l'Enfant sera saint, et sera appelé Fils de Dieu", parce que l'Esprit Saint viendra sur Marie et que la puissance du Très-Haut "fera ombre sur elle". Tout comme dans Rm, la filiation divine est rapporte ici à la puissance de l'Esprit de sainteté.

² On retrouve la même association dans les premières pages du récit lucanien du ministère : Jésus, lors de son baptême, entend la voix de Dieu qui déclare : "Tu es mon Fils bien-aimé" (Lc 3,21), puis il revient en Galilée "avec la puissance de l'Esprit Saint" (Lc 4,14).

² Si l'on regarde l'ensemble de l'œuvre de Luc, on s'aperçoit que l'éclairage christologique est donné de loin en loin, mais efficacement :

- lors de la conception de Jésus, un messager le proclame Fils de Dieu ;
- puis, dès sa première parole publique, Jésus, à douze ans, désigne le Temple comme la maison de "son Père" ;
- Viennent ensuite :
la parole solennelle de Dieu lors du baptême de Jésus,
les passages où Luc parle de Jésus en disant : "le Seigneur",
et enfin, dans les Actes, la catéchèse de Paul à Antioche de Pisidie (Act 13,32s),
le grand discours inaugural où Luc résume le message de Paul à l'adresse des Juifs :
"La promesse faite à nos pères, Dieu l'a accomplie en notre faveur, à nous leurs enfants :
 il a ressuscité Jésus.
Aussi est-il écrit dans les Psaumes : "Tu es mon Fils ; moi-même aujourd'hui je t'ai engendré".

² Marie a donc conçu de l'Esprit Saint le Fils même de Dieu, et c'est elle qui, la première, a entendu l'annonce de la double filiation de Jésus.
La réponse qu'elle a donnée au messager de Dieu : "Qu'il me soit fait selon ta parole", est celle que Jésus attend de tous ceux et toutes celles qui le suivent et qui adressent à Dieu, dans le Pater, cette demande : "Que ta volonté soit faite !"

Aux yeux de Luc, Marie, la Mère de Jésus, est la première des disciples, et c'est bien ainsi qu'il la décrit, dans l'épisode du ministère où Marie vient pour voir son Fils. Devant tous, Jésus fait l'éloge de sa Mère et la range parmi ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique (Lc 8,19-21).

Après l'Ascension de Jésus, Marie, de nouveau avec la parenté de Jésus, attendra, fidèle comme toujours, la venue de l'Esprit, en compagnie des Douze et de quelques femmes (Act 1,14).

² Frères et sœurs, au moment où nous sommes réunis avec Marie, Mère de Jésus, dans l'attente de l'Esprit, pour vivre un événement qui sera un tournant majeur dans la vie de notre communauté, nous faisons nôtre la soumission de Marie pour mieux entrer dans l'abaissement de son Fils.

  Dieu de paix,
"Que tout se passe pour nous selon ta parole".
Nous voici ; nous sommes venus ensemble pour faire ta volonté,
pour la discerner,
pour l'accueillir,
pour en faire chaque jour notre nourriture.

Tu ne désires pas d'autres œuvres, pas d'autre sacrifice, pas d'autre réussite.
Nous ne savons pas comment l'horizon va s'ouvrir,
mais nous savons que rien n'arrête ta puissance,
ni la limite de nos forces, ni même la vieillesse et la stérilité.

À toi rien n'est impossible.
Que ta puissance "fasse ombre" sur nous,
pour qu'une vie nouvelle grandisse entre nous dans le silence.
Que ton Esprit vienne sur nous et nous éveille ensemble à la parole de Jésus.

Avec Marie Servante, nous sommes tes serviteurs ;
En Jésus fais de nous tes fils.

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles