Jésus et Moïse

Jn 6,30-35

 

 

Deux convictions de l'évangéliste Saint Jean nous sont rappelées aujourd'hui : Jésus surpasse Moïse, et Jésus est le Pain de vie.

² Jésus est présenté ici comme supérieur à Moïse, comme il est décrit ailleurs plus grand qu'Abraham, plus grand que Jacob, et plus prestigieux que Salomon. Et d'entrée de jeu Jésus met les choses au point. Il est écrit dans le Psaume (78,24) :
"il fit pleuvoir sur eux la Manne en nourriture,
 il leur donna le froment des cieux".
De qui s'agit-il ? Les ennemis de Jésus disent :"de Moïse !". Jésus redresse la perspective : le Psaume parle de Dieu, qui seul pouvait donner la Manne :"Ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel". En fait de signe, il n'est pas question d'opposer Jésus à Moïse : rendons gloire à Dieu pour ce qui vient de Dieu. Moïse a prié, certes, mais c'est Dieu qui a envoyé la Manne pour nourrir le peuple.
Non seulement Dieu a donné autrefois dans le désert, mais il donne aujourd'hui le vrai pain venu du ciel, et ce Pain qui descend du ciel et qui donne la vie au monde pour "toujours", c'est le propre Fils de Dieu.

² C'est à ce moment que Jésus déclare : "Moi, je suis le Pain de vie".
Et dans l'Évangile de Jean, Jésus se présente comme le Pain de vie de deux manières : il est la Parole de Dieu qui vient nourrir la foi, et il est le Pain eucharistique qui nous fortifie tous les jours.
Dans le passage d'Évangile que l'Église nous fait méditer aujourd'hui, seule la première manière est honorée : Jésus Parole de Dieu, Jésus Pain de vie parce qu'il fait grandir la foi. C'est ce qu'on appelle parfois le thème de sagesse, le thème sapientiel. Vous aurez remarqué que dans ces quelques versets (et dans ceux qui viendront immédiatement après, v.35-50) il n'est question que de "venir à Jésus ", de "voir le Fils", de "croire en Lui", de faire la "volonté du Père", d'être "instruits par Lui" et "d'avoir soif", toutes choses qui doivent devenir le programme du sage chrétien, qui ne sont pas proprement eucharistiques, contrairement aux paroles qui suivront :"le Pain que je donnerai, c'est ma chair  pour la vie du monde".

² Pour notre méditation d'aujourd'hui retenons que la Parole de Jésus et son Eucharistie sont inséparables et s'appellent l'une l'autre. Comme dit Jésus : "Travaillez pour la nourriture qui demeure en vie éternelle" (Jn 6,27) ; travaillez pour l'eucharistie que vous allez recevoir, travaillez pour   l'eucharistie que vous avez reçue. Et ce travail, c'est l'écoute vivante de Jésus l'Envoyé, c'est le chemin de foi qui prépare et prolonge l'Eucharistie que Jésus nous donne.

Jésus est Pain pour notre foi, Jésus est Pain par son Corps livré.

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles