Job, l'homme qui hurle dans sa foi

 

 

 

 

 

"Yahweh avait donné, Yahweh a repris, que le Nom de Yahweh soit béni !"

 

Job, que le Prologue du livre présente comme un étranger, parle donc comme un homme de l'Alliance : il bénit le Nom de Yahweh.

 

Bénir, c'est dire le bien.

Quand Dieu bénit l'homme, il dit le bien de l'homme et le réalise en même temps.

Quand l'homme bénit Dieu, soit il dit le bien que Dieu a fait ou vient de faire (et c'est l'action de grâces), soit il dit le bien que Dieu va faire, et c'est une imploration confiante.

Job bénit Dieu, non pas, bien sûr, pour tant de ruines et de morts accumulées, mais pour affirmer le bien que Dieu va faire dans le malheur et à partir du malheur.

 

La bénédiction exprime toujours un saisissement de l'homme devant l'œuvre de Dieu ; Job, en pleine épreuve, est saisi par la majesté avec laquelle Dieu reste lui- même, puissant, sage et bon, au-delà du bonheur et du malheur de l'homme.

 

Dieu ne demande pas à Job d'appeler bien le malheur qui le frappe, car Dieu sait mieux que nous que le malheur des innocents est pour nous absurde, mais Dieu offre à Job de donner un sens à ce malheur impensable,

à partir de sa foi et de son espérance,

à partir de ce qu'il sait de Dieu et de son œuvre,

à partir de ce qu'il a expérimenté de son amour.

Ainsi l'amour de Job va sauver sa foi ;

l'amour de Job va faire refleurir une espérance apparemment "déracinée". 

 

De même pour nous, dans la nouvelle Alliance, quand nous sommes confrontés à une souffrance importable ou révoltante, Dieu notre Père nous offre de lui donner sens à partir de notre liberté filiale vivifiée par l'Esprit Saint.

Il nous offre d'aligner notre chemin de souffrance sur la Pâque de Jésus,

                       d'en faire notre propre Pâque vers la Terre promise de son amour.

 

Chaque journée d'épreuve est un nouveau jour où nous allons bénir le Dieu de l'Alliance :

"Le jour nouveau se lève,

le jour connu de Toi, Père.

Que ton Fils dans l'homme achève

la victoire de la Croix !"

 

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles