Ensemble

 

 

 

 

 

²  Les grandes heures de la vie sont souvent faites de gestes tout simples, mais les mots de tous les jours reçoivent à ces moments-là une solennité, une gravité, une vérité toutes nouvelles, parce qu'on les prononce en s'engageant tout entiers, avec la volonté que ce soit sans retour.

 

De même pour vous aujourd'hui : bien souvent déjà vous vous êtes dit et redit que vous vous aimiez, que vous étiez l'un pour l'autre l'unique, à tout jamais, et que vous vouliez bâtir ensemble votre vie, c'est-à-dire votre bonheur et le rayonnement de votre foyer.

Mais aujourd'hui, dans un instant, les mots auront un poids d'éternité, parce que vous allez les prononcer devant Dieu et devant la communauté des fidèles du Christ ; aujourd'hui la promesse que vous allez échanger va vous lier pour toujours devant Dieu par le sacrement de mariage.

 

Un sacrement, vous le savez, ce n'est pas seulement une assurance supplémentaire de solidité pour le foyer ; c'est beaucoup plus qu'une bénédiction officielle de l'Église ; c'est un chemin d'accès vers Dieu qu'on ne voit pas, un chemin sur lequel Dieu viendra sans cesse au-devant de nous.

 

Aussi longtemps que vous marcherez ensemble, si vous continuez à mettre votre bonheur au service du Christ et de son Règne, la grâce de lumière et de paix que vous recevez aujourd'hui habitera votre vie conjugale ; la tendresse que vous partagerez vous rapprochera tous deux du Christ qui vous a aimés et s'est livré pour vous ; la vie que vous transmettrez vous fera participer à l'œuvre de Dieu notre Père, qui ne cesse de créer et de donner aux enfants des hommes leur chance d'éternité ; et le témoignage que vous donnerez d'un foyer ouvert à toute amitié et à toute détresse sera chaque jour vivifié par la présence de l'Esprit de Jésus.

 

 

²  Mais peut-être votre joie se mêle-telle ce soir d'une secrète appréhension, non pas devant la fidélité qu'il vous faudra garder – car lorsqu'on aime vraiment, cela ne peut être que pour toujours -, mais devant tout ce qu'il vous reste à construire ensemble, dans un monde en pleine mutation, où il faut lutter pour trouver sa place et assurer l'avenir.

 

C'est pourquoi, quelques instants avant votre engagement solennel, je voudrais me faire l'interprète de tous ceux qui vous aiment,

 

et tout d'abord de Dieu, qui vous a aimés le premier.

 

Quelles que soient les déceptions qui vous ont attristés ces dernières années dans vos activités paroissiales, vous savez que le Christ, lui, ne vous a pas déçus, et que son appel reste aussi prenant qu'autrefois.

Le Christ vous fait confiance, le Christ avec vous regarde l'avenir, rien que l'avenir ; aussi la démarche que vous faites pour vous présenter à lui ce soir, faites-la dans la paix et l'espérance ; appuyez-vous sur le Christ, faites fond sur le Christ, et avancez hardiment, la main dans la main.

 

Ceux qui vous aiment, après Dieu, c'est nous tous,

 

et spécialement ceux qui vous ont vu grandir et à qui vous devez cette joie de fonder, à votre tour un foyer chrétien.

À mesure que vous avancerez ensemble dans l'existence et que vous assumerez la tâche d'éducateurs,

à mesure que vous découvrirez les trésors d'affection que recèle un cœur d'enfant

et que vous devinerez les luttes et les petits drames de vos adolescents,

vous comprendrez, avec une admiration croissante, à quel point vous avez été aimés.

 

²  Dans quelques instants va s'accomplir pour vous et par vous un mystère aussi vieux que l'humanité, ce mystère de l'amour et de la promesse, que vous allez sceller vous-mêmes par le sacrement du Christ et que l'Évangile vient de vous rappeler :

"Le Créateur, dès l'origine, les fit homme et femme, et Il dit :

               Ainsi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme

        et les deux ne feront plus qu'un".

 

²  Ne faire plus qu'un : ce sera l'œuvre de toute votre vie,

et vous savez déjà que la pleine harmonie des cœurs réclame une longue patience.

Pour ne faire qu'un, il faut s'accepter différents,

et vouloir que l'autre s'épanouisse selon ce qu'il est et non pas selon nos rêves.

Le véritable amour se nourrit de sacrifices réciproques,

et l'on reçoit de l'autre  pour autant que l'on est prêt à donner.

 

N'acceptez jamais qu'une ombre, même une ombre, se glisse entre vous deux. Que les difficultés comme les bonheurs trouvent toujours entre vous deux le chemin de la parole.

 

Alors, viennent les joies, viennent les épreuves,

vous pourrez lire dans les yeux l'un de l'autre la même fidélité à la grâce d'aujourd'hui, et la même assurance puisée au cœur de Dieu.

 

Bonne route, Patrice et Solange. Que le Seigneur soit avec vous !

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles