Fidélité

 

 

 

 

 

Voici arrivé pour vous le moment le plus solennel de votre vie.

Vous allez vous engager pour toujours devant Dieu et devant l'Église de Jésus.

 

Et de même qu'en entrant dans cette vieille église, confidente de tant de joies et de peines, vous avez laissé dehors le bruit, le mouvement, l'agitation de la ville, il vous faut, pour quelques instants, oublier les mille détails qui vous ont préoccupés ces jours-ci, et entrer dans le sanctuaire intérieur de vos cœurs de baptisés, puisque c'est là, en profondeur, dans l'invisible, que le Seigneur va agir pour sceller votre promesse ; il vous faut reprendre souffle, vous tourner calmement vers Dieu et vivre cette minute si brève avec le maximum d'intensité spirituelle.

 

²  Comment vous apparaît ce jour de votre mariage ?

Avant tout sans doute comme un point d'arrivée.

 

À mesure que passaient les mois de vos fiançailles, le grand oui définitif est devenu de plus en plus nécessaire. Lorsque votre amour s'est éveillé pour la première fois, il ne contenait encore qu'une intuition globale du bonheur qui vous attendait. L'amour en vous a dit :"C'est lui", "c'est elle !" Puis le même amour vous a posé des questions :"Qui est-il ? qui est-elle ?"

 

Alors ont commencé les joies de la découverte réciproque. De jour en jour vous vous êtes trouvé des goûts communs, des affinités secrètes. Vos longues conversations de fiancés vous ont révélé vos richesses complémentaires, et sans doute aussi une partie de vos limites.

Bien des secteurs de vos deux existences sont déjà en pleine harmonie ; sur d'autres, vous êtes encore en dialogue, et c'est normal. L'important justement est que le dialogue reste ouvert, non seulement pendant les premières années de la vie conjugale, quand l'amour enfin comblé garde les cœurs réceptifs et malléables, mais tout au long de votre route d'époux chrétiens, quand les joies et les épreuves communes auront trempé vos personnalités et mûri votre amour.

 

²  Dieu a voulu pour les époux ce dialogue intégral des corps, des cœurs et des âmes, et la richesse d'un foyer se mesure à la profondeur de ses échanges. Envisagés dans cette perspective la démarche que vous  faites aujourd'hui l'un vers l'autre, et tous deux vers le Christ, constitue beaucoup moins un point d'arrivée que le véritable point de départ de votre amour.

 

Passé le temps de la première tendresse, où tous les sacrifices vous sembleront aisés, vous découvrirez probablement combien votre premier amour était encore captatif, et donc imparfait.

 

Aimer pour posséder l'autre, c'est à la portée de tout le monde.

Aimer pour donner à l'autre, aimer pour servir l'autre, aimer pour sauver l'autre,

cela, c'est le propre des vrais époux, qui s'efforcent de rejoindre ensemble, cœur à cœur, et la main dans la main, le mystère chrétien de leur amour.

 

Vous savez quel modèle l'Église place pour toujours devant vos yeux, au moment où vous liez librement vos deux existences ; ce modèle, c'est l'amour du Christ pour l'Église, c'est-à-dire pour la communauté des rachetés, et l'amour de l'Église-Épouse pour le Christ son Époux.

Si tu demandes, Nicolas, comment tu dois aimer Cécile pour l'aimer selon Dieu, regarde ce que le Christ a fait pour l'humanité en détresse : il s'est livré pour elle, travaillant, souffrant, mourant pour la rendre toute sainte. Tu auras des sacrifices à consentir pour épanouir pleinement ton épouse. Rappelle-toi toujours, dans la paix et la confiance, que le Christ marche à tes côtés, prêt à te donner sa lumière et sa force.

Toi aussi, Cécile, tu auras besoin de la grâce du Seigneur pour demeurer à la fois une excellente épouse et une bonne mère. Tu devras de plus en plus t'oublier, t'effacer, pour chercher le bonheur de ton mari et de tes enfants.

De même que l'Église reçoit du Christ tout ce qu'elle transmet à ses enfants,

de même qu'elle ne vit que pour le Christ, pour l'honneur du Christ, pour le Règne du Christ,

tu devras vivre sans cesse en fonction du compagnon que tu as choisi et que Dieu te confie en ce jour, heureuse de te dévouer, et sans chercher d'autre récompense que celle de vivre à fond ton destin de chrétienne.

 

D'ailleurs la présence de vos enfants vous rappellera bien souvent, surtout aux moments de lassitude, que votre amour, pour être vrai, doit s'épanouir en service. Lorsque vous les verrez grandir, vous sentirez que vous ne pourrez leur donner que ce dont vous vivrez intensément vous-mêmes.

Constamment il vous faudra

approfondir votre vie de foyer chrétien,

renouveler votre regard sur le monde,

adapter vos réflexes d'éducateurs.

 

Alors votre vie conjugale, sans cesse alignée sur la parole du Seigneur, deviendra un témoignage, celui-là même que réclament de vous votre baptême et votre confirmation dans l'Esprit Saint. Forts de votre amour et de votre fidélité, vous vous ouvrirez largement aux joies et aux peines des autres foyers, vous souvenant de ces mots du Seigneur Jésus :

 

 

"Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir".

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles