Fiançailles d'Hughes et Inès

 

²  Les fiançailles, c'est une étape dans l'amour. C'est le moment où l'amour devient promesse et engagement.

L'éblouissement du premier jour demeure, comme un secret qui ne peut pas se dire, mais déjà en vous l'amour a eu le temps d'envahir tout l'être, tout le cœur, tous les rêves, tous les projets d'un homme et d'une femme qui se sont reconnus, choisis, préférés ; l'heure vient, alors, où il faut commencer de bâtir ensemble.

 

L'amour des premiers mois est là, merveilleux, tout neuf, inimitable, comme l'argile encore fraîche pétrie à quatre mains, et c'est cette argile-là qui veut passer au feu des fiançailles pour garder à jamais sa grâce, son élan et sa jeunesse.

 

²  Jésus disait :"On n'allume pas une lampe pour la mettre dans une cachette ; mais on la met sur son support, pour que ceux qui entrent voient la clarté" (Lc 11,33).

Vos fiançailles, c'est cela aussi : une flamme allumée, un amour qui s'annonce et s'expose.

Votre amour, qui est déjà lumière pour vous deux, devient lumière pour les autres, une lumière qui signale à tous l'entrée de votre bonheur …"tous ceux qui entrent, dit Jésus, pourront voir la clarté".

Déjà votre amour vous dépasse, déjà il attire et rassemble ; et vos fiançailles, en même temps qu'elles accordent vos deux voix et vos deux pas, réalisent la rencontre de deux familles.

 

²  Tout à l'heure, nous entendions le poète s'écrier :"Mon amour, tu es ma seule famille !".

C'est vrai en un sens, si on regarde l'avenir ; car effectivement votre amour esquisse déjà la naissance d'un nouveau foyer, pleinement autonome, totalement responsable de sa propre aventure et de son propre témoignage.

            Mais en même temps – et je sais que vous en êtes conscients – votre amour vient de plus loin.

Quand il est né, voici quelques mois, il est venu réveiller des trésors de tendresse déposés en vous lentement, patiemment, au cours de votre enfance et de votre jeunesse.

            Votre bonheur, vous le devez à Dieu, mais vous savez dans quels terreaux il a germé. L'affection chaude et rude qui unit frères et sœurs dans une grande famille, la vigilance discrète de vos parents et l'ambiance ouverte qu'ils ont su créer autour d'eux, les convictions qui les guidaient au moment des grands choix et la saine ambition qu'ils ont gardée pour vous, tout cela habite votre amour aujourd'hui et c'est cela aussi que vous pouvez fêter en même temps que vos fiançailles.

 

²  Hughes, Inès, quelques mois vont passer avant le départ définitif, et ce sera pour votre amour l'occasion de s'approfondir et de se fortifier, de croître en délicatesse et en réalisme.

            Si vous voulez bâtir solide, ne laissez rien dans l'ombre entre vous deux, et que vos dialogues dès maintenant soient sans reste.

            Déjà l'amour vous a un peu habitués à voir le monde par les yeux de l'autre ; mais déjà aussi vous pouvez pressentir que votre harmonie de couple appellera chacun de vous à un véritable dépassement. Au-delà des concessions réciproques qui risquent toujours de s'amenuiser avec le temps, c'est l'oubli de soi qui assure le bonheur des fiancés, puis des époux.

 

²  Le poème arabe que nous entendions tout à l'heure le rappelait avec force : tant que l'on se présente à la porte de l'amour en disant :"C'est moi", la porte reste close, et l'amour reste adolescent, inachevé, captatif.

Jésus le disait avec ses mots à lui :"Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir"; "nul n'a d'amour plus grand que celui qui donne sa vie pour ceux qu'il aime".

C'est la loi de tout amour chrétien : qu'elle illumine déjà votre amour de fiancés. Tous ensemble nous allons demander pour vous deux la grâce d'un amour lucide, d'un amour fort, prêt au dévouement et à l'abnégation, d'un amour qui sache donner et qui sache accueillir.

Avec le pain et le vin de cette messe, nous allons offrir à Dieu votre espérance et la nôtre, votre bonheur qui est aussi le nôtre, et votre amour qui nous rajeunit tous.

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles