Le Fils de l'Homme

Dn 7

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici tout décontenancés, devant un genre littéraire qui n'a plus cours, mais dont les hommes ont été friands au moins durant quatre ou cinq siècles, genre qui convenait fort bien à des périodes troublées, où l'on ne pouvait dire les choses qu'à demi-mots ou en langage crypté. C'est l'apocalyptique, une littérature de révélation, mais où les rois et les royaumes disparaissent derrière des images convenues.

 

²   Les auteurs d'apocalypses affectionnent les grands raccourcis d'histoire, et amènent le lecteur jusqu'au temps présent, pour lequel ils ont un message mystérieux; Ainsi les quatre bêtes qui sortent de la mer sont les empires babylonien, mède, perse, et du grec Alexandre , et les dix cornes, ou dix puissances, représentent les rois successeurs d'Alexandre. Où l'auteur veut en venir, c'est au jugement par Dieu, sous les traits d'un beau Vieillard à l'habit blanc comme neige, et à l'arrivée du mystérieux Fils de l'Homme.

 

²   Notez que ce dernier ne monte pas de la mer, mais que Daniel le voit venir avec les nuées du ciel : ce n'est donc pas un être de la terre, mais un personnage céleste, qui s'avance vers le Vieillard et reçoit, non pas un empire caduc comme celui des bêtes, mais une domination éternelle sur tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues.

 

²   Jésus, très consciemment, reprendra ce titre :"Le Fils de l'Homme n'a pas où reposer la tête" (Mt 8,20), surtout pour annoncer sa venue dans la gloire :"On verra le Fils de l'Homme venant sur les nuées du ciel" (Mt 24,30) ; mais, comme "Fils d'homme" a désigné d'abord un humain (Ez 2,1), ce titre permettait à Jésus à la fois de souligner son humanité authentique et de laisser entendre son origine divine. De plus, ce rappel de son origine céleste permettait à Jésus d'équilibrer discrètement ce qu'il disait de ses souffrances, attendues comme celles du Serviteur.

 

Curieusement, ce Fils de l'Homme veut partager sa royauté avec tous les fils du Très-Haut, comme il sera dit :"Ceux qui recevront le Royaume sont les saints du Très-Haut"(v.18). Le Fils de l'homme est donc à la fois le chef de file et le modèle de tous les saints qui partagent son domaine, et dès maintenant nous avons part à sa filialité et à sa gloire. Tellement Dieu a aimé les hommes.

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles