Doux et amer : le message de Dieu

Apoc 10,8-11

 

 

 

 

 

 

 

²  Nous sommes dépaysés par l'Apocalypse comme nous le sommes devant un tableau surréaliste : chaque détail a son sens et sa beauté, mais la logique de l'ensemble nous semble étrange, comme celle du rêve.

 

Ici le cadre est cosmique : l'Ange, messager de Dieu, a un pied sur la terre et un pied sur la mer. Il tend au Voyant un petit livre, ouvert dans sa main. Le contenu du livre, ce sont les événements qui vont accomplir le dessein de Dieu, mais des événements tout proches puisque déjà le livre est ouvert.

 

²  Et ces événements annoncés vont être à la fois doux et amers,

- doux comme le dessein d'amour de Dieu pour le monde,

amer à digérer quand on y fait obstacle ;

- doux comme une confidence de Dieu à son prophète,

amer parce que la mission va exposer le prophète à la contradiction :

"Il te faut à nouveau prophétiser

sur des peuples, des nations, des langues et des rois en grand nombre" (Ez 2,10; 3,3).

 

²  Ce n'est pas la fidélité du prophète qui est en cause : il reste l'ami du Seigneur,

mais il aura à souffrir pour porter le message.

 

Ainsi de nous également : prenons le temps de nommer la parole de Dieu

quand elle vient éclairer notre cœur et notre route,

car cette parole de bonheur va rencontrer de la résistance dans notre monde déstabilisé

et dans les zones instables de notre propre vie.

 

Ta parole, Seigneur, est du miel en ma bouche.

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles