"Depuis ton plus jeune âge"

2 Tim  3,15

 

 

 

 

 

On entend souvent dire :"Ce qui manque à notre monde, ce sont des sages",

c'est-à-dire des hommes et des femmes qui sachent vivre,

qui sachent pourquoi ils vivent et ce qu'ils doivent faire le leur vie,

des hommes et des femmes qui soient porteurs d'une vérité,

et qui puissent dire cette vérité sans jamais blesser les autres, mais toujours en les libérant,

des hommes et des femmes réconciliés avec leur propre passé et avec l'insécurité de la vie,

et qui puissent porter les autres sans pouvoir eux-mêmes s'appuyer sur eux.

 

Qui d'entre nous n'a jamais envié cette sagesse,

qui donne du prix à l'existence et qui enrichit toutes les relations humaines ?

Mais la foi au Christ Jésus nous amène à désirer une autre sagesse

qui reprend tout ce qu'il y a de plus noble dans la sagesse humaine,

mais qui le conduit à son achèvement.

Par la foi nous nous mettons en route

vers la sagesse "en vue du salut",

vers une sagesse qui non seulement nous aide à vivre présentement,

mais débouchera sur la vie éternelle auprès de Dieu,

vers une sagesse qui nous fera traverser l'épaisseur du péché et de l'égoïsme,

pour vivre de charité aujourd'hui et toujours.

 

 

Essayons de fixer quelques traits de cette sagesse selon le Christ :

 

 

1.                  Elle permet de prendre du recul

par rapport à tout ce dont est faite la vie quotidienne,

par rapport à ce monde de pensées, d'images et de sentiments

qui nous habite et nous agite, nous tirant loin de nous-mêmes et loin de Dieu,

car Dieu habite en nous la zone du silence.

            Elle nous permet de nous situer sans cesse en vérité

devant Dieu, devant les autres et devant nous-mêmes,

"comme des êtres en marche qui n'ont pas ici-bas de cité permanente".

 

2.                  La sagesse du Christ nous fait rejoindre la paix selon Dieu,

qui n'est pas  seulement la "tranquillité de l'ordre" (Aug.), mais l'équilibre dans le mouvement.

Elle nous fait tout bâtir sur la certitude de son amour,

alors que nous vivons souvent comme si nous n'étions pas aimés.

 

3.                  Elle consiste à replacer toute chose, tout événement, toute personne

dans l'axe du Royaume que Dieu nous a promis et qui se construit sur terre.

      Elle nous aide à tout peser au poids de la charité.

Ce qui restera de nous, c'est la bonté. Seule la bonté construit sur la terre.

 

4.                  La sagesse suprême, selon l'Évangile, consiste à accueillir la folie de Dieu :

"Oui, tandis que les Juifs demandent des signes et que les Grecs sont en quête de sagesse,

nous prêchons, nous, un Christ crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les païens,

mais pour ceux qui sont appelés, Juifs comme Grecs,

c'est le Christ, puissance de Dieu et Sagesse de Dieu.

Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes,

et ce qui est faiblesse de Dieu [la Croix du Christ] est plus fort que les hommes" (1 Co 1,22).

 

Ainsi la sagesse selon l'Évangile épanouit l'homme, mais c'est à l'intérieur du mystère de Jésus ;

elle n'est vraiment apaisante que parce qu'elle nous remet sans cesse en marche.

"Gloria Dei, vivens homo" : la Gloire de Dieu, c'est l'homme vivant.