La charité couvre tout (1 Co 13,7)

 

 

 

 

 

²  L'amour "supporte" tout (stegei) : ainsi traduit le lectionnaire, mais alors on a presque le même sens que plus loin :"l'amour endure tout (hupomenei). En réalité, il s'agit de "couvrir" les fautes des autres, toutes les fautes, c'est-à-dire de les excuser, ou en tout cas de ne pas en faire état. Celui qui aime, nous dit Paul, est capable de couvrir de silence beaucoup de choses qu'il voit ; il se garde de les rendre publiques, et de prêter aux autres des intentions mauvaises.

 

²  L'amour croit tout, selon l'Apôtre. Faut-il comprendre que l'on doit, si l'on aime, donner automatiquement son aval ? Cela ne concorderait guère avec les consignes que Paul donne à ses chrétiens de discerner le mauvais esprit du bon et de se défier des faux prophètes.

Mieux vaut comprendre : l'amour, en tout, continue à croire ; celui qui aime s'appuie sur la foi en toute circonstance. Et de même pour l'espérance : celui qui aime, en tout continue d'espérer et revient inlassablement à l'espérance. L'amour, qui s'enracine dans la foi et l'espérance, ne quitte jamais ses appuis de foi et d'espérance.

 

²  Mais en même temps, dans l'unité de la personne, l'amour stimule sans cesse la foi et l'espérance.

Parce qu'il aime, le chrétien persévère dans sa conviction que la vie a un but et un sens, que le dessein de Dieu réussira, malgré les apparences, que les épreuves du peuple de Dieu font partie de son plan d'amour. Le chrétien, parce qu'il aime, croit courageusement en l'amour de Dieu, et espère dans le Dieu d'amour ; parce qu'il aime, il veut croire en l'homme, en ses possibilités de conversion et de rachat, et espérer en l'homme, qui s'ouvrira à l'œuvre de Dieu.

 

Plus on aime Dieu, plus on croit à ce qu'il fait dans le cœur du frère, et plus on espère que le frère se laissera faire par Dieu. Plus on aime Dieu, plus on accueille l'amour qui vient de Dieu, et moins on se laisse surprendre, troubler et déstabiliser, par ses propres misères, ses épreuves personnelles ou par les épreuves des autres.

 

²  L'amour endure tout, et garde en tout patience et fermeté.

Celui qui aime ne devient pas insensible, ni stoïque, ni invulnérable, mais il tient ferme la main de Dieu,

et c'est cette main qui le conduit.

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles