Cana et la vie fraternelle

(Jn 2)

 

        La charité selon saint Paul, la charité selon Notre Dame : voilà les deux thèmes que nous allons jumeler dans notre méditation d'aujourd'hui.

²    Saint Paul, dans la Lettre aux Romains (ch.12), donne aux chrétiens une sorte de charte de la vie communautaire. Elle tient tout entière en quatre points :

1° acceptation de notre diversité, non pas comme une chose inévitable à laquelle il faut, bon gré malgré, se résigner, mais comme le reflet, dans nos vies, de "l'extraordinaire richesse du Christ" et de la sagesse "polybigarrée" que le Père a déployée dans l'Église par son Esprit ;

2° partage intégral des joies et des peines, non pas sur un mode sentimental, mais par un accueil viril et profond de ce qui fait la vie de l'autre ; partage des égards, si importants dans notre vie, toujours tentée par des réflexes de vieux garçons et de vieilles filles. Il nous incombe de réaliser cet accord dont parle Paul : "Vivez en communauté de sentiments ; non pour entretenir des désirs de grandeur et de réussite, mais pour partager une même humilité"  (Rm 12,16) ;

3° authenticité du service chez tous, chacun mettant son ou ses charismes au service de la communauté, soucieux avant tout d'édifier, c'est-à-dire de construire, et se rappelant qu'une contestation qui ne construit plus n'est pas évangélique ;

4° référence constante au Christ, car c'est lui qui est servi dans le service de la communauté, et qui seul  assure par son Esprit la cohésion du Corps. C'est cette référence au Seigneur glorieux qui peut nous donner la joie d'espérer, la patience dans l'épreuve, la stabilité et la persévérance dans le dialogue de la prière.

²      De la charité de Marie à Cana, saint Jean dit simplement, mais avec un tact tout filial : "La Mère de Jésus était là". Il savait ce que signifiait pour une maison la présence de cette Mère que Jésus mourant lui avait donnée.
         Prendre Marie chez soi comme il le fit, c'est accueillir l'Éducatrice de la charité ; et celui qui verrait sans cesse les personnes et les événements avec les yeux de Marie, celui-là serait assuré de rejoindre rapidement le Christ des Béatitudes, et "d'avancer, comme dit saint Paul, par le chemin de l'amour (Ep 5,2).
         La charité, selon Marie, consiste d'abord à "être là", par amour et avec amour, dans une communauté concrète, d'une présence active, attentive, qui collabore, qui voit et qui devine ; "Il n'y a plus de vin".

        En même temps doit jouer le réflexe d'efficacité spirituelle : s'approcher de Jésus et lui dire la misère : "Ils n'ont plus de vin", puis, ayant tout dit, Le laisser faire en faisant ce qu'il dit.

        Toute la pédagogie mariale tient dans ce récit sans apprêt de saint Jean ; Marie convertit chaque jour ses fils à sa propre délicatesse évangélique, à une charité toujours noble et pourtant toujours simple, à une charité audacieuse, et pourtant joyeusement effacée.

 

Page d'accueil

Homélies nouvelles