Antioche

Act 11,19-26

 

 

 

 

 

Revenons quelques instants sur ce récit de la fondation de l'Église d'Antioche, si riche d'enseignement pour la période que nous traversons, où l'Esprit Saint veut faire toutes choses nouvelles.

Regardons comment l'Esprit travaillait dans la primitive Église et comment les hommes répondaient à ses suggestions.

 

Tout commence par une catastrophe : le diacre Étienne a été lapidé.

Humainement parlant, c'est un désastre pour la communauté. Étienne, de race grecque, était l'un des hommes les plus ouverts parmi les fidèles de la première heure, l'un de ceux qui avaient compris le mieux la nouveauté de l'Évangile et la nécessité de rompre les barrières du passé.

Tous ceux qu'il avait regroupés se dispersent et quittent Jérusalem. Apparemment, c'est l'échec. Mais l'Esprit de Jésus va faire de cet échec humain le point de départ d'un renouveau. Un vent de tempête a passé sur la communauté, mais il va emporter plus loin la graine de l'Évangile.

 

 

Ainsi en va-t-il aujourd'hui de l'Église de Jésus : au moment où toute sécurité disparaît, où des forces de dispersion inquiètent les communautés, l'Esprit Saint suscite un nouvel élan missionnaire chez ceux-là mêmes qui se sentent parfois les plus désemparés et les plus menacés.

 

Cette Église d'Antioche, fondée par des fuyards (tous des laïques), va recevoir aussitôt les encouragements de l'Église-mère de Jérusalem et devenir très vite l'aile marchante, l'aile missionnaire, de la grande Église.

 

À tel point qu'elle sera le point de départ des missions de Paul.

Après sa conversion, celui-ci avait commencé à prêcher à Damas et dans les synagogues d'Arabie ; mais les débuts avaient été difficiles : les disciples avaient peur de lui, et de toute évidence Paul tâtonnait pour trouver son style apostolique ; si bien qu'au bout de quelques mois il est retourné dans son pays natal.

C'est l'amitié qui va lui permettre de donner toute sa mesure. Barnabé, qui déjà l'avait présenté aux Apôtres et qui avait rejoint la jeune communauté d'Antioche, est venu chercher Paul chez lui, lui disant en quelque sorte :"J'ai besoin de toi, c'est toi qu'il nous faut !"

 

"Ils furent reçus dans l'Église une année entière et ils instruisirent une foule considérable ;

 et ce fut à Antioche que pour la première fois on donna aux disciples le nom de chrétiens".

 

Quelque part quelqu'un attend notre amitié pour donner toute sa mesure.

C'est ainsi que travaille l'Esprit Saint.

 

Page d'accueil

 

Homélies nouvelles